Depuis le 20 mars 1997, le concept-store colette représente le hype parisien par excellence. En effet, Colette Rousseaux et sa fille Sarah Andelman nous ont régalés pendant 20 ans grâce à une offre élitiste, des collaborations inédites et des expositions éphémères. La fondatrice, voulant prendre sa retraite, ferme les portes de ce lieu mythique car comme le disent si bien ses employés, « colette sans Colette, ce n’est plus colette ».

Comment ce lieu est-il devenu l’emblème de la branchitude parisienne ? Étude de quelques coups d’éclat de cet espace, véritable patrimoine de la mode.

colette : le pionnier du concept-store

À l’époque, mis à part LECLAIREUR, créé en 1980, les concept stores, pop-ups ou corners n’existaient pas. Mais ça, c’était avant l’arrivée de Colette et de sa volonté de télescoper mode urbaine et luxe en proposant une offre lifestyle allant du t-shirt au stylo plume en passant par une montre connectée ou un objet de décoration d’intérieur.
Des gadgets high-tech aux tenues de créateurs, colette a su, tout au long de ces deux décennies, attiser la curiosité des fashionistas.

Une offre de produits diverse donc, mais aussi une diversification de la restauration au sous-sol du magasin avec un bistrot et un bar à eaux, temple des gourmets aventureux et demandeurs de nouveautés. Une devise, rupturiste à l’époque, mais bien ancrée aujourd’hui : « style design art food ».
Depuis, on ne compte plus les concept-stores proposant à la fois de la mode, de la décoration et de la restauration. Plus qu’un lieu de vente, il s’agit d’un vrai outil marketing pour les marques.

colette : un exposant voire un hub de créateurs

Protagoniste des collections capsules, elle a fait connaître de nombreuses marques comme par exemple Raf Simons. En effet, l’endroit donne aux marques une dimension particulière, entre mises en scène et exclusivité, “être chez colette” est une vraie opération de communication.
Dans une logique du « toujours plus », l’endroit dédie désormais l’intégralité de son premier étage à un créateur. Balenciaga, Lucien Pagès, Chanel ou encore Saint Laurent, les noms défilent, tous plus prestigieux les uns que les autres.

Les limites n’existent pas chez colette

 

Colette x Chanel

Colette x Chanel (1)

colette, une communication sans limite

Les limites n’existent pas chez colette, et c’est aussi ça qui nous intéresse !
En 2014, c’est avec Apple que le concept store fait sensation, en dévoilant en exclusivité l’Apple Watch. L’évènement était tel qu’Anna Wintour et Karl Lagerfeld sont venus en personne, pour se faire présenter l’objet par le designer de l’enseigne à la pomme. Ils ont dû reculer l’heure du défilé Chanel, planifié le même jour à la même heure.

En Mars dernier, pour fêter ses vingt ans, l’équipe de colette a réalisé le rêve de milliers de personnes en construisant une piscine à boules géante au Musée des Arts Décoratifs. Résultat : un évènement qui a créé le buzz.

Démesure, culot & apanage, voilà la recette de la success story de ce lieu qui, comme un caméléon, change de vitrines toutes les semaines. La fin d’un règne pour Colette donc, mais qu’en est-il de Sarah ? Serait-ce le début d’un nouveau concept reflétant une nouvelle génération ? Ce qui est certain c’est que nous n’oublierons jamais l’art de vivre à la colette.

 

Sources photos :

(1) https://chicandgeek.com/2011/03/02/colette-chanel/ (2) https://twitter.com/IKEA_France/status/844465779747762176 (3) http://megamark.fr/project/animation-de-vitrine-du-concept-store-colette/ (4) http://luxe.net/raf-simons-le-styliste-quitte-la-direction-artistique-de-dior/ (5) http://sebastiengobert.blogspot.fr/2012/05/colette-213-rue-saint-honore-paris.html (6) https://www.nytimes.com/2017/03/03/fashion/paris-boutique-colette.html (7) https://www.theverge.com/2014/9/29/6870711/apple-showing-off-its-watch-again-in-paris-for-just-a-one-day (8) https://windowshow.wordpress.com/vitrine-mode/